CLAUDIE HAIGNERÉ : « L’AGENCE SPATIALE EUROPÉENNE EST RECONNUE À L’INTERNATIONAL COMME UN PARTENAIRE FIABLE ET COMPÉTENT »

Première partie de l’interview de Claudie Haigneré, ancienne ministre française et ancienne astronaute. ENTRETIEN. Claudie Haigneré, ancienne ministre française, ancienne astronaute et ex-membre de l’Agence spatiale européenne, a répondu aux questions du Taurillon au cours d’un grand entretien concernant les évolutions de la conquête spatiale, le travail de l’agence spatiale européenne et la place de l’Union européenne dans cette aventure. Découvrez ici la première partie … Continuer de lire CLAUDIE HAIGNERÉ : « L’AGENCE SPATIALE EUROPÉENNE EST RECONNUE À L’INTERNATIONAL COMME UN PARTENAIRE FIABLE ET COMPÉTENT »

[GRAND FORMAT EUROPÉEN] La médiatrice européenne, pouvoir relatifs mais contrôleuse incisive de l’Union

Parmi les textes, institutions et personnalités juridiques que présente l’UE, il existe un rôle dédié à la protection directe des citoyens mais encore méconnu : celui de médiateur européen. Depuis 2013, c’est l’Irlandaise Emily O’Reilly qui occupe ces fonctions, n’hésitant pas à livrer régulièrement des décisions critiques sur les autres organes de l’Union.  La Collectivité européenne d’Alsace (CEA) n’est pas contente. Mais alors pas contente … Continuer de lire [GRAND FORMAT EUROPÉEN] La médiatrice européenne, pouvoir relatifs mais contrôleuse incisive de l’Union

Andreï Vaitovich : « Le journalisme est devenu un crime au Bélarus »

Andreï Vaitovich, journaliste franco-bélarusse couvrant les larges manifestations que connaît son pays d’origine depuis plus de six mois, décrit la détermination des citoyens contre l’autoritarisme d’Alexandre Loukachenko, mais également la sévère répression de celui-ci ainsi que les nombreux dangers que risquent les journalistes sur place.  Andreï Vaitovich, un immense merci d’avoir accepté cette interview ! Cela fait 6 mois que les Bélarusses manifestent contre Loukachenko et … Continuer de lire Andreï Vaitovich : « Le journalisme est devenu un crime au Bélarus »