Elections en Islande : vote sanction

Le 28 octobre dernier, l’Islande organisait des élections législatives anticipées pour renouveler l’Althingi, son Parlement. Il s’agit du cinquième vote en à peine dix ans, un record qui montre le malaise de l’île la plus au Nord de l’Europe. 

Vote sanction contre la majorité sortante 

Samedi 28 octobre, le peuple islandais était appelé aux urnes pour renouveler les 63 sièges de son Parlement, l’Althingi. Initialement prévues en octobre 2020, elles ont été largement avancées en raison d’un nombre impressionnant de scandales dans lesquels le gouvernement sortant de centre-droit était empêtré.

Rappelons que les dernières élections législatives dans le pays avaient eu lieu fin 2016, suite aux rebondissements des Panama Papers qui avaient secoués l’Islande.

Selon un décompte effectué le lendemain et publié au journal officiel islandais, aucune majorité claire ne se détache tout à fait : le nouveau Parlement fraîchement élu est trop fragmenté. Cependant, une coalition de gauche paraît en mesure de peser dans la balance. La participation s’établit à 81%.

Nouvelle coalition? 

Le Parti de l’indépendance du chef du gouvernement, Bjarni Benediktsson, a remporté 16 sièges sur 63 au Parlement monocaréral : il perd 5 sièges par rapport à l’assemblée sortante.

La candidate du mouvement Gauche-Verts, Katrin Jakobsdottir, le talonne avec 11 sièges gagnés. Il ne fait aucun doute que le gouvernement prochainement constitué devra compter avec elle. Les sociaux-démocrates obtiennent 7 sièges, et les Pirates (contestataires) seulement 6.

Au total, ce sont pas moins de 8 partis qui devraient siéger; un record pour ce petit morceau de terre perdu dans l’Arctique. La formation d’une majorité, de droite ou de gauche, pourrait prendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, compte-tenu de ces conditions. En Islande, « Premier ministre est devenu le travail le plus précaire du pays« , résume Eirikur Bergmann, politologue à l’université de Reykjavik.

Si le pays s’est relevé économiquement de la crise financière de 2008 qui l’avait balayé, il est toujours profondément marqué par les liens entre élites politiques et économiques mis au jour. Le temps dira comment la petite île du Nord de l’Europe se sortira de ce mauvais pas.

Chloé LOURENÇO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s