Les hommes dirigent l’UE

On a beaucoup parlé de parité et d’égalité des sexes ces dernières années, notamment dans l’UE. Les instances européennes se veulent les garantes des valeurs fondamentales et tentent de les défendre. L’égalité en fait partie. Néanmoins, à regarder de plus près, les hommes dominent encore la politique et dirigent le continent.

La carte ci-dessous est claire : seulement 5 pays sur 27 sont dirigés par une femme. C’est très peu. L’Estonie est, pour la première fois, dirigée par une femme depuis décembre 2020.

L’UE a beau se targuer d’être le défenseur des libertés et de l’égalité, le travail devrait commencer par faire changer les mentalités des populations à accepter qu’une femme puisse avoir du pouvoir. Les traditions patriarcales et le système pro-hommes restent ancrés dans les mœurs et les façons de voter des Européens.

Il est à concéder qu’il est impossible pour l’UE d’obliger les citoyens à voter pour des femmes. Chaque pays a son fonctionnement et il n’est pas possible d’harmoniser le nombre de femmes et d’hommes dirigeant les 27. En revanche, la plupart des pays européens tente d’appliquer la parité dans leur gouvernement respectif (sauf les pays dits populistes). Même s’ils sont en majorité gouvernés par des hommes, ces derniers, qu’ils soient chefs d’Etat ou de gouvernement, choisissent des femmes dans leur équipe. Parfois à des postes très hauts, parfois à des portefeuilles « moins importants » ou « plus féminins ».

Le sexisme a encore malheureusement de longs jours devant lui.

Wassila ZOUAG